Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Yin Lichuan 尹丽川

Présentation

par Brigitte Duzan, 31 août 2013 

 

Née en 1973 à Chongqing, la réalisatrice Yin Lichuan (尹丽川) a d’abord fait des études de littérature occidentale à l’université de Pékin. Diplômée de littérature française en 1996, elle est ensuite allée poursuivre des études cinématographiques à l’ESEC, à Paris.

 

D’abord poète et écrivain

 

De retour à Pékin en 1999, elle a commencé à écrire, et d’abord des poèmes. Elle est alors devenue membre d’un groupe de poésie très controversé appelé « Lower Body » (“下半身”), ou « la partie inférieure du corps », mouvement d’avant-garde éminemment provocateur dont l’un des membres les plus connus était la poétesse de Chengdu Zhai Yongming (翟永明) (1).

 

Yin Lichuan  a également écrit des nouvelles, dont un recueil a été publié en mai 2001 sous le titre « A nouveau bien à

 

Yin Lichuan poète et écrivain, en 2004

l’aise » (《再舒服一些》), et même un roman, « Connard » (《贱人》) (2), publié l’année suivante. Quatre de ses nouvelles ont été traduites en français et publiées aux éditions Philippe Picquier sous le titre « Comment m’est venue ma philosophie de la vie ».

 

Elle s’est alors tournée vers le cinéma.

 

Puis réalisatrice prometteuse

 

2006 : The Park

 

Elle a réalisé en 2006 un premier long-métrage, « The Park », en français « Le Jardin public » (《公园》). C’est un très beau film, qui raconte, avec beaucoup de poésie et pas mal d’humour, l’histoire d’une jeune femme de 29 ans, Xiaojun, présentatrice de télévision à Kunming, et de ses relations avec son père, âgé et veuf.

 

Yin Lichuan en 2006, au moment du Yunnan New Film Project

 

The Park

 

Au début, leurs relations sont plutôt tendues, car il vient rendre visite à sa fille et la vie qu’elle mène n’est évidemment pas de son goût, surtout parce qu’elle n’est toujours pas mariée ; il se met en tête de lui trouver un époux. Pour ce faire, il se rend dans un parc où les parents dans la même situation se rencontrent pour tenter de caser leur progéniture. Xiaojun est furieuse quand elle l’apprend, car elle vit avec un petit ami qu’elle pense aimer, mais son attitude change peu à peu. Les rencontres du parc réservent des surprises à l’un comme à l’autre, et, pas à pas, le film développe une sorte de méditation plus profonde qu’il n’y paraît au départ, sur l’âge, la complexité des relations humaines et l’effet corrosif et irréversible de l’âge sur chacun d’entre nous.

 

Le film est tourné de manière souvent originale, en utilisant, par exemple, une caméra à l’épaule quand le vieux père se fait voler son portefeuille dans la gare, les images tremblées

traduisant son émoi intérieur. La scène finale laisse finalement déborder toute l’émotion contenue jusque là par les deux personnages ; Xiaojun se remémore combien elle était proche de son père quand elle était petite, sa mère étant morte quand elle avait trois ans, et combien elle avait toujours eu besoin de sa présence pour se sentir totalement en sécurité. Il y a dans cette dernière séquence une poésie qu’atteignent rarement les films sur le même sujet.

 

« The Park » a vu le jour grâce à un projet très original d’aide à la production lancé en 2005 par Lola Zhang, qui était alors une célébrité dans le milieu cinématographique chinois. Le projet, intitulé “Yunnan New Film Project”, était conçu pour aider dix jeunes réalisatrices triées sur le volet à produire un film, l’une des conditions étant qu’il soit tourné au Yunnan. Evidemment, la province du Yunnan avait été choisie parce que les autorités locales fournissaient une aide appréciable (même si la majorité du financement était de source privée), mais aussi parce que c’est un endroit superbe qui offre des conditions naturelles très favorables à un tournage.

 

Le film de Yin Lichuan a été le premier à sortir. Il a été très bien accueilli par le public comme par la critique, remportant en particulier le prix Fipresci des critiques de films au festival international de Mannheim-Heidelberg en 2007.

  

2008 : Knitting

 

Dans ces conditions, on attendait avec curiosité le deuxième film de la réalisatrice. Ce fut « Knitting » (《牛郎织女》) en 2008, le titre chinois faisant référence à la légende chinoise du bouvier et de la tisserande.

 

Adapté d’une nouvelle de la romancière A Mei (阿美), amie intime de longue date de Yin Lichuan, le film a été présenté au 61ème festival de Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. Il n’a cependant pas totalement convaincu. Les exigences de la censure sont certainement en partie responsable du manque de vie du film dont on devine ce qu’il aurait pu être en lisant la nouvelle d’A Mei. Mais il marque une sorte de tournant dans la carrière de la réalisatrice.

 

Knitting

 

Sur le tournage de Knitting

   

 

2010 et après : banalisation

 

En 2010. Yin Lichuan a participé à un projet collectif regroupant une série de courts métrages sous le titre collectif « The Bright Eleven » (11度青春系列电影》) ; son court métrage s’appelait « Ah ! » (哎》).

 

Cette même année, elle a été coscénariste avec son amie A Mei (阿美) du film de Zhang Yimou « Under the Hawthorn Tree » (山楂树之恋).

 

Ah !

 

Sleepless Fasion

 

En 2011, elle a ensuite réalisé un film dans l’air du temps, une comédie satirique ciblant la jeunesse urbaine branchée : « Sleepless Fashion » (与时尚同居). On cherche vainement là la finesse et l’humour subtil de la réalisatrice de « The Park ».

 

Mais c’est aussi que les temps sont très durs pour les cinéastes chinois. Ce que marque « Sleepless Fashion », c’est la lassitude d’avoir à lutter pour défendre une conception du cinéma qui n’a plus guère cours dans le pays.

 

 

 

Notes

(1) Zhai Yongming a été la conseillère artistique de Jia Zhangke pour « 24 City » (《二十四城记》), voir :

www.chinesemovies.com.fr/films_Jia_Zhangke_24_City.htm

(2) 贱人 jiànrén est un terme d’argot signifiant ‘enculé’, ‘connard’ (le livre a été traduit en anglais sous le titre « Fucker »). Il est à replacer dans le contexte du mouvement du Lower Body dont c’était le vocabulaire usuel.

 

 

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu